Écris- moi !

ecrismoi

Une chanson oubliée de Jean-Marie Vivier

Écris-moi, écris-moi

Les petits riens, les rues, la ville
Le temps qu’il fait, même l’inutile
Écris d’ici ou bien d’ailleurs
Les bruits du vent, toutes tes peurs
Là-bas comment le soir se couche
Le rouge à lèvres sur ta bouche
Tous tes matins, tous tes étés
Et quand ta lampe reste allumée

Écris-moi, écris-moi

Le demi-jour, les longs silences
Et tes dernières connaissances
Là où tu vis, décris l’endroit
Raconte-moi comme autrefois
Dis-moi ton reflet dans la glace
Ne dis rien sur qui me remplace
Laisse glisser sur le papier
Même en désordre, tes pensées

Écris-moi, écris-moi

Dis-moi la chambre où tu reposes
L’odeur des roses, l’ordre des choses
Le chemin où s’en vont tes pas
Ce chemin où je ne suis pas
Où que tu sois, fais-moi un signe
Une carte postale, quatre ou cinq lignes
Les petits riens, les rues, la ville
Le temps qu’il fait, même l’inutile

Mais écris-moi, écris-moi


De JM Vivier écoutez aussi : C’que j’te dis pas

Publicités

C’que j’te dis pas

Rose rose_HDR

C’que j’te dis pas

Si j’te disais c’que j’te dis pas
Et que je n’ai jamais su dire
Moi si timide et maladroit
Autrement que dans mon délire
Si j’te disais qu’t’es comme un ciel
Laissant pleurer tout son chagrin
Bien plus précieux qu’un arc-en-ciel
Puisqu’il vient mourir dans ma main
Si j’te disais qu’t’es une étoile
Pour un Pierrot qui joue si mal
Et qui jamais ne se dévoile
Poussant sa vie en diagonale

Si j’osais dire c’que j’te dis pas
T’es une maison pleine de rêves
Et de tendresse à chaque fois
Où je réapprends mon solfège
Si j’osais dire que t’es une île
Où l’on aborde à chaque fois
Qu’on a le coeur par trop fragile
Et que comme elle t’es toujours là
Si j’osais dire que t’es l’escale
Où je pose mes matins tristes
Sur le sentier t’es mon fanal
Pour continuer la vie d’artiste

Ce soir j’te dis c’que j’te dis pas
T’es comme un livre de chevet
Qu’on redécouvre à chaque fois
Et qui ne se finit jamais
T’es cent mille jours à la seconde
Et toutes les secondes de ma vie
Cent mille lieux qui se confondent
Pour ne former qu’un seul pays
T’es l’temps qui court après les heures
Afin d’en arrêter les pas
Pour apprivoiser le bonheur
Ce soir j’te dis c’que j’te dis pas

Je t’aime, Je t’aime

Rose_HDRDe JM Vivier écouter aussi : Ecris-moi